Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/usep42/www/config/ecran_securite.php on line 306
LA PLACE DE LA FEMME DANS LE SPORT - USEP 42

LA PLACE DE LA FEMME DANS LE SPORT

vendredi 7 décembre 2007
par  Patrick Lablanche

Salle Jean Dasté à Rive-de-Gier - Vendredi 23 novembre

Conciliez-vous le travail et la passion du sport ? Vivez-vous du sport ? Pourquoi les sports féminins ne sont-ils pas retransmis à la télé ? Ces questions et bien d’autres, les élèves de 7 classes de cycle 3 de la circonscription de Rive-de-Gier ont pu les poser à quatre « dames » venues leur apporter leur témoignage. Trois d’entre elles étaient de sportives (arbitre de football, rugbywoman ou basketteuse handisport). La quatrième, élue municipale de Rive-de-Gier, était également présente pour répondre aux questions plus générales sur l’évolution des droits de la femme en France. JPEG - 24.6 ko

Pourquoi les femmes restent moins à la maison qu’il y a quelques années ?

Elles restaient à la maison pour entretenir la maison, s’occuper du repassage, des repas et des enfants. Maintenant, les femmes sont plus considérées et les mentalités ont changé : le travail est partagé entre les hommes et les femmes à la maison. Certains pères prennent des congés parentaux pour élever leurs enfants.

Pourquoi, il y a quelques années, les femmes ne décidaient pas du nombre d’enfants au foyer ?

A cette époque, il n’y avait pas les moyens contraceptifs qui permettent aujourd’hui de gérer la natalité. JPEG - 26.1 ko

Sommes-nous plus égaux qu’il y a cent ans ?

Oui, on a fait un grand pas : le droit de vote des femmes en 1945, le droit d’entrée en politique... Petit à petit le monde évolue. Malgré tout, le monde reste très « macho » dans le milieu sportif.

Conciliez-vous le travail et la passion du sport ?

Oui, on arrive à tout faire. Certaines sont aidées par leur mari qui s’occupe des enfants et des tâches ménagères.

Vivez-vous du sport ?

Non. Les hommes sont souvent payés pour la compétition et les frais de déplacement et d’hôtel sont remboursés, alors que les filles doivent assumer elles-mêmes les frais. Par contre, en politique, il y a une véritable égalité entre hommes et femmes.

Est-ce qu’il y a un respect entre joueurs et joueuses ?

Les garçons sous-estiment parfois les filles. Ils acceptent difficilement qu’elles puissent jouer aussi bien qu’eux. Dans tous les sports, il faut gagner sa place et savoir se faire respecter en tant que joueuse.

Faire de la politique est-ce difficile ?

Non. Il faut croire en ce qu’on dit et en ses idées. En politique, les femmes ont peut-être plus l’art et la manière...

Pourquoi les sports féminins ne sont-ils pas retransmis à la télé ?

La place est plus réservée aux hommes... et les spectateurs ne regardent pas forcément si ce sont des matchs féminins. Pour les retransmissions de matchs handisports il y a encore des progrès à faire. Mais c’est souvent un problème d’argent.

Est-ce que les règles sont différentes pour les filles ?

Dans nos sports et pour la plupart des disciplines sportives, elles sont les mêmes que pour les garçons.

Est-ce que c’est un handicap d’être une femme ?

Non. Cependant, les femmes doivent souvent commencer par faire leurs preuves avant d’être reconnues.

Comment fait-on pour être sur la liste électorale ?

Il faut se rendre à la mairie et se proposer pour être inscrite sur une liste dans laquelle il doit y avoir une parité : 50 % d’hommes et 50 % de femmes.

Pourquoi avez-vous accepté de nous rencontrer ?

Nous sommes ravies d’être avec des enfants. Nous sommes venues pour lutter contre cette différence de traitement qu’il peut y avoir entre garçons et filles, pour améliorer l’avenir et faire changer les mentalités pour plus tard. JPEG - 38.1 ko JPEG - 27.3 ko Dans un deuxième temps, les élèves ont participé à la création d’une production artistique collective à partir des dessins d’un artiste et de mots tels que : égalité, différence, respect...

Les invitées : Andrée Rogriguez (arbitre de football), Véronique Bessy (entraîneuse de rugby dans le pays du Gier), Patricia Di Franco (maire adjointe de Rive-de-Gier depuis 2001 - milieu culturel, médiathèque, cinéma) et Annabelle Alixe (joueuse internationale handicapée de l’équipe de basket handisport - championnat de France).

Les questions ont été posées par les enfants des écoles de Génilac, Rive-de-Gier et Lorette.


Commentaires  (fermé)